On s'entraîne à la pratique

Historique


Les examens du Barreau de la province de Québec existent, sous une forme ou une autre, depuis 1785, soit avant même l'avènement de la Constitution américaine. Mais, pendant presque deux siècles, la cléricature effectuée auprès d'un avocat constituait la seule base de la formation professionnelle. De même, l'admission était du ressort unique des ordres professionnels et le diplôme universitaire ne constituait que l'une des voies d'accès possibles à la profession d'avocat.

Il faut attendre jusqu'en 1948 avant que soit institué un véritable régime universitaire. Les trois premières années de la formation sont alors consacrées à la formation théorique et la quatrième année, à la formation pratique. Le personnel enseignant est constitué essentiellement de juges et d'avocats.

Changement de cap en 1968, alors que le Barreau du Québec fonde, avec des moyens de fortune, sa propre école de formation professionnelle. Le programme de l'époque évolue rapidement et positivement, mais il fait également l'objet de nombreuses critiques de la part des étudiants, qui lui reprochent son caractère trop académique.

En 1974, sous l'impulsion du rapport de la Commission d'enquête sur la formation des jeunes avocats et avec l'adoption du Code des professions, le Barreau met sur pied le premier régime de formation professionnelle adapté aux exigences modernes de la pratique du droit. Le programme est orienté vers une initiation véritable à l'exercice de la profession. On retient également une série de thèmes qui sont, en quelque sorte, les prémisses des objectifs généraux du programme actuel.

En 1984, l'Office des professions exige du Barreau que le programme porte désormais sur les habiletés et les techniques propres à l'exercice de la profession d'avocat. Mais jusqu'en 1987, le programme donné aux étudiants du Barreau vise essentiellement la récapitulation des notions acquises dans les facultés de droit, sur une série de thèmes tels la procédure civile, le droit pénal,le droit commercial, etc.

C'est en 1987 que le programme de formation est axé sur les habiletés professionnelles, soit la consultation, la recherche, la déontologie, la rédaction, la négociation, les aspects financiers de la pratique du droit et la représentation devant les tribunaux. Les connaissances en droit deviennent la trame de fond de la maîtrise des habiletés.

En 1994, le programme est revu afin de maintenir les habiletés professionnelles tout en soutenant celles-ci par plus de droit substantif. Le programme compte alors deux volets : un relatif à l’enseignement des techniques sous-jacentes à l’exercice des habiletés professionnelles et un relatif à l’enseignement du droit substantif appliqué à des situations concrètes.

Le droit et l’exercice de la profession d’avocat sont en constante évolution et plus de dix ans se sont écoulés depuis la dernière revue en profondeur du programme. Les besoins du marché qu’il s’agisse du public, de la communauté juridique ou des étudiants eux-mêmes sont aussi en constante évolution. De ce fait, le programme de formation professionnelle de l’École du Barreau du Québec n’est pas statique et doit s’adapter. 

En août 2005, l’École du Barreau a mis en place un nouveau programme de formation professionnelle. Il est caractérisé par une approche nouvelle soit l’approche pédagogique par compétences. À cet égard, l’École a fait appel à des experts en pédagogie et en docimologie en plus des ressources internes et externes de l’École.

Le contenu du nouveau programme découle de la matrice des compétences qui a été développée avec l’aide des experts et qui prévoit quatre compétences principales soit : Adopter une conduite éthique et professionnelle, Communiquer efficacement, Établir un diagnostic et Choisir, élaborer et appliquer la solution.

Parmi les éléments importants de ce nouveau programme on compte l’évaluation diagnostique, les cours préparatoires et une réorganisation complète de l’enseignement.

L’évaluation diagnostique prend ses assises dans la réglementation. Elle est obligatoire pour tout nouveau candidat à l’École. Il s’agit d’un outil par lequel le Comité de la formation professionnelle peut recommander à un candidat de s’inscrire aux cours préparatoires avant de s’inscrire à la formation professionnelle.

Que ce soit à la suite d’une recommandation du Comité de la formation professionnelle ou de son propre chef tout nouveau candidat peut s’inscrire aux cours préparatoires. Les cours de la formation professionnelle sont maintenant offerts deux fois par an soit à l’automne et à l’hiver.